«

»

sept 13

Imprimer ceci Article

UN INSTITUTEUR COMMUNISTE EN ALGERIE

mardi 24 septembre, «19h19 » de

l’APRES

au   RECANTOU,42 rue des 7 troubadours (métro Jean Jaurès ou Marengo SNCF)

Sans-titre-154


 

Sans-titre-101     librairie Floury     Sans titre-3

avec Alexis Sempé et les éditions « La Louve »

En 1936, Gaston Revel entre à l’École Normale d’Alger, où l’on est censé lui apprendre à « éduquer l’indigène ». C’est aussi l’époque où il commence à s’intéresser à la politique : il est attiré par le Front Populaire, puis par l’anarchisme espagnol, qu’il cite en exemple de réussite sociale. Au cours de son service militaire, enfin, il approche pour la première fois le communisme. De 1940 à 1955, il enseigne en Algérie, dans le bled, puis à Bougie. Il rentrera en Europe en raison de la guerre (il débarque en Provence en septembre 1944, à la suite des Alliés, et poursuit jusqu’en Allemagne). De ces quinze ans d’enseignement au plus près des populations, qu’il aime et respecte sans réserve, il a laissé un témoignage fort et très engagé, beaucoup de lettres, de carnets, d’articles de presse et de photographies. C’est à Bougie, en 1945, qu’il franchit le pas et s’engage résolument, en militant déterminé, au Parti Communiste Algérien : en 1953, il se présente aux élections municipales dans le second

Collège (réservé aux Algériens) et siège aux côtés des musulmans. Il sera expulsé d’Algérie en 1955, au début de la guerre. Ainsi que des milliers d’autres “pieds rouges”, il y reviendra plus tard pour une courte période durant laquelle il reprendra son métier d’enseignant. Il rentrera définitivement en France en 1965.

Ces textes, remarquablement écrits, présentés et annotés par Alexis Sempé, permettent de percevoir ces années algériennes de l’intérieur, à travers l’engagement et les combats d’un instituteur de la République, adversaire résolu de la colonisation, horrifié qu’il est par la misère et l’exploitation d’un pays qu’il aime profondément.

Gaston Revel était également photographe amateur. Ce livre est donc très largement illustré : près de 250 photographies jusqu’ici inédites jalonnent ce parcours de trente années, de l’Algérie à la France, à l’Allemagne, à l’Europe de l’est, puis de nouveau à l’Algérie.

Et comme toujours aux 19h19 de l’APRESimages  assolapres.fr                                                                              apres.asso@yahoo.fr

IMG_1467

Alexis Sempé

IMG_1464

Lien Permanent pour cet article : http://www.assolapres.fr/instituteur-communiste-en-algerie/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>