«

»

oct 30

Imprimer ceci Article

15 novembre, Recantou : LE RÉSEAU ÉTUDIANT D’AIDE AUX RÉFUGIES

Mercredi 15 novembre, «19h19 » de l’APRES

au   RECANTOU, 42 rue des 7 troubadours (métro Jean Jaurès ou Marengo SNCF)

Rencontre avec l’association RETSER31

(Réseau des Etudiants Toulousains en Soutien aux Exilés et Réfugiés)

14713663_682390031910271_4575569486923262980_n

Nous vous invitons à venir partager ce moment de rencontre et d’échange. L’association qui a pour but de venir en aide aux personnes réfugiées et exilées dans la région toulousaine sera présente pour répondre à vos questions et discuter de leurs actions le temps d’une soirée. De plus, les personnes exilées et réfugiées qui souhaiteront présenter un récit de leurs choix seront au rendez-vous afin de vous faire découvrir ce qu’ils souhaiteront partager durant cette soirée. Agrémenté d’une pause musicale, ce temps sera la promesse d’une escapade, et d’un voyage à la rencontre de l’autre.

assolapres@gmail.com

IMG_2740Au Recantou…

 

A Toulouse, des étudiants solidaires…

Suite au démantèlement de Calais, nous nous sommes mobilisés pour créer le Réseau des Etudiants Toulousains en Soutien aux Exilés et Réfugiés, faisant réponse à une volonté citoyenne de pouvoir agir et venir en aide à cette population.

Notre but principal est d’éviter l’isolement social dans lequel sont placés les réfugiés. De par la localisation des Centres d’Accueil et d’Orientation (CAO), la plupart vivent en périphérie de Toulouse et l’accès au centre ville est souvent long en transport en commun, et ne les encouragent pas à sortir régulièrement.

Notre association a quatre pôles d’actions : les cours de français (donnés hebdomadairement dans les différents CAO), les activités culturelles et sportives (visite des musées de Toulouse, visite de la ville, activité musique, cours de salsa, swing, tournoi de foot, trail solidaire en Ariège, etc), les collectes (tickets de métro, habits, alimentation, etc), et la sensibilisation (conférence en partenariat avec Médecins Sans Frontière, café débat, projection de film, etc).

Nous agissons chaque semaine pour leur permettre de sortir de la routine quotidienne, de ce moment d’attente de régularisation souvent long et difficile psychiquement, en proposant différentes activités accompagnées de bénévoles, ou bien de repas partagés, en sommes des moments de vie.

Des moments de vie qui sont permis grâce à une volonté commune de partager, d’apprendre de l’autre et de s’autoriser à communiquer nos émotions. Dans une optique de vouloir aider, et pour permettre aux réfugiés de pouvoir s’inscrire dans la ville autant que dans le lien avec la population toulousaine, nous avons très vite mis en place des actions. Mais au-delà de celles-ci, nous réalisons que le lien est bel et bien présent : les exilés autant que les bénévoles s’ouvrent et s’autorisent à s’ouvrir à l’Autre. A ce jour nous avons créé, tous ensembles, un réel échange. Ce n’est plus uniquement nous qui venons proposer une activité, mais eux le font à leur tour. Nous partageons un cours de danse ou un repas français, ils nous apprennent les danses afghanes et nous font un repas soudanais. Nous sommes arrivés en quelques mois à créer un espace qui nous est propre, influencé par notre multitude culturelle particulière et surtout possible grâce à une authenticité du lien de confiance. Nous tentons de les aider à rendre leur vie un peu moins « moche », et ils nous aident à rendre la nôtre plus simple. Avec leurs valeurs de respect, de partage, d’authenticité, ils nous amènent avec simplicité leur chaleur humaine. Et cela fait un bien fou… 

Nous cherchons également dans nos actions à rendre la question de la migration humaine, à mettre des visages et des récits de vie derrière ce que les médias appellent « migrants », « flux migratoire ». Nous voulons témoigner de leur humanité, de leur authenticité, de leur histoire.

Nous voulons montrer que ceux sont des hommes, des femmes, des enfants, qui portent un nom et un parcours de vie unique, loin des stéréotypes que nous pouvons voir régulièrement. Nous voulons permettre à la population française de les rencontrer, de nous rencontrer, et de faire bouger les représentations sur la migration.

Cette association est un combat pour accueillir les réfugiés avec humanité, pour pouvoir agir de notre place de citoyen et d’étudiant, mais par-dessus tout c’est des rencontres et des moments qui vont marquer les vies de chacun d’entre nous.

Mathilde Vié, responsable du RETSER31


Contacts:  https://retser31.com/                               RETSER31@gmail.com

                                 https://www.facebook.com/RETSER31/

Lien Permanent pour cet article : http://www.assolapres.fr/15-novembre-recantou-le-reseau-etudiant-daide-aux-refugies/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>